Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Concert de légende: Dalida à l'Olympia 1971

Publié le par Dylan Voutat

Quatre hivers et quatre étés ont défilé depuis le douloureux épisode de 1967, à San Remo, où Dalida s'était retrouvée face au corps sans vie et ensanglanté de son amant, Luigi Tenco. Quatre hivers et quatre étés ont défilé depuis que Dalida, à son tour, avait voulu mettre un terme à son existence, afin de retrouver l'être aimé. Nous voici en 1971, et la chanteuse, ou plutôt, Yolanda, la femme, a parcouru un voyage fabuleux mais éprouvant : celui de la découverte de soi-même. Les écrits de Freud et ses nombreux voyages aux Indes lui ont permis de comprendre que pour aimer les autres, il fallait d'abord apprendre à s'aimer soi-même, et par conséquent, se connaître. Elle vit d'ailleurs une relation avec son gourou spirituel, Arnaud Desjardins, auteur des Chemins de la Sagesse. Cette liaison ne durera pas, au contraire de celle que la chanteuse vit avec les livres, qui deviennent alors ses meilleurs compagnons. Dalida reprend peu-à-peu goût à la vie.

Au début des années 70, nombreux sont les journalistes qui se déplacent jusqu'à la maison de Montmartre. Dalida lisant Freud fait sourire bon nombre d'intellectuels, mais peu importe, Dalida présente fièrement le refuge que constitue sa bibliothèque! A chacune de ses lectures, la chanteuse s'accompagne d'un dictionnaire afin de définir les termes compliqués.

Au début des années 70, nombreux sont les journalistes qui se déplacent jusqu'à la maison de Montmartre. Dalida lisant Freud fait sourire bon nombre d'intellectuels, mais peu importe, Dalida présente fièrement le refuge que constitue sa bibliothèque! A chacune de ses lectures, la chanteuse s'accompagne d'un dictionnaire afin de définir les termes compliqués.

En parallèle de cette quête introspective, une métamorphose s'opère: il est loin le temps de Mademoiselle Bambino, la fougueuse méditerranéenne nous invitant tantôt à Venise avec Gondolier et tantôt à Athènes avec Zorba. La mini-jupe fait dès lors place à une longue robe blanche, les cheveuxs désormais dorés comme les blés tombent en cascade sur ses épaules, le maquillage s'est épuré. Le drame de San Remo a fait naître en elle un potentiel dramatique insoupçonné. On lui confie qu'elle pourrait jouer à merveille le rôle de Phèdre au théâtre. Intimidée et modeste comme toujours, elle se contente de sourire et avoue en être flattée.

L'heure des derniers ajustements de ce qui sera sa tenue de scène pour l'Olympia 1971! Dalida apparaît telle une Madone blanche et pure face à son public.

L'heure des derniers ajustements de ce qui sera sa tenue de scène pour l'Olympia 1971! Dalida apparaît telle une Madone blanche et pure face à son public.

Le répertoire lui-aussi a pris un tournant. "J'ai décidé de ne plus chanter de chansons dont le texte n'a pas une certaine valeur poétique, parce que la poésie, même la plus terrible, exprime des valeurs humaines. La poésie est foi en la vie, ultime espérance". Tels sont les mots de Dalida à un mois de sa rentrée à l'Olympia. Cette reconversion qu'adopte la chanteuse n'est pas sans s’inquiéter le directeur du célèbre music-hall parisien, Bruno Coquatrix. Ce dernier ne consent pas à programmer la chanteuse, la contraignant à prendre la décision ô combien risquée de louer elle-même l'Olympia pendant deux semaines. Une campagne de publicité est alors lancée, les photos de Dalida fleurissent dans la capitale et un affichage de trente mètres de long sur quatre mètres informe les passants des Champs-Elysées du futur passage de la chanteuse à l'Olympia.  Si le public devait la bouder, elle le sait, la production de son frère et sa carrière s'effondreraient. La maison de production de son frère cadet Bruno, connu sous le nom d'Orlando, gère depuis une année sa carrière. Le premier disque issu de cette collaboration fut un véritable succès populaire : Darla dirladada est sur toutes les lèvres durant l'été 1970.  

La gestuelle de Dalida reste encore aujourd'hui dans les mémoires.

La gestuelle de Dalida reste encore aujourd'hui dans les mémoires.

Mais c'est à un nouveau répertoire que Dalida aspire. Son futur tour de chant, excepté l'incontournable Darla dirladada, présentera des chansons composées et écrites par les plus grands auteurs français du moment, à commencer par Léo Ferré. C'est lors d'un enregistrement télévisé en Italie que la chanteuse a fait la connaissance du poète et de sa chanson, Avec le temps. Sans hésiter, Léo Ferré propose à Dalida de l'inscrire à son répertoire. Il en est certain : Dalida a le sens dramatique que recquiert cette chanson. Il aura vu juste : Avec le temps est devenu aujourd'hui l'un des titres phares de la chanteuse tant son interprétation a su et sait encore émouvoir. D'autres paroliers de renom prennent la plume pour Dalida : Michel Legrand lui concocte Une vie, Michel Sardou Chanter les voix et Mikis Theodorakis Mon frère le soleil.

Devant les caméras de télévision, Dalida se confie et répète les chansons qui figurent au récital de l'Olympia 1971.

En première partie, Dalida décide de donner sa chance à un jeune chanteur israélien, encore méconnu du grand public et qu'elle avait rencontré à Venise l'an passé : il s'agit de Mike Brant. N'avait-elle pas elle-aussi bénéficié, à ses débuts, du soutien d'artistes déjà reconnus ? C'est donc tout naturellement qu'elle inscrit le jeune homme en première partie de son spectacle. Sûrement avait-elle déjà ressenti en lui une fêlure. Le jeune chanteur, tourmenté par son succès, tentera de se donner la mort en se jetant de sa chambre d'hôtel à Genève, en 1974. Dalida se précipitera alors à son chevet, lui priant de ne jamais recommencer. Il n'écoutera pas cette recommandation et se suicidera un an après.

Dalida et son protégé Mike Brant. Certaines rumeurs prétendent que tous deux auraient connu une liaison amoureuse.

Dalida et son protégé Mike Brant. Certaines rumeurs prétendent que tous deux auraient connu une liaison amoureuse.

Le 23 novembre 1971, soir de la première, le Tout Paris accourt au mythique music-hall découvrir la nouvelle Dalida. Malgré son trac incommensurable, c'est un triomphe. En un tour de chant, Dalida parvient à dénoncer le racisme avec Les Anges Noirs, la condition féminine avec Toutes les femmes du monde ou encore l'industrialisation incessante et l'exode rural avec Le fermier et Ciao amore ciao. Malgré toutes ces préoccupations, Dalida n'oublie pas de chanter la passion avec Les choses de l'amour ou Deux colombes. A la fin du spectacle, le petit Luigi monte sur scène embrasser sa tante. Coquatrix reconnaît avoir eu tort de douter de la chanteuse. Brassens et Gréco viennent l'embrasser et la féliciter, preuve qu'elle a désormais sa place au firmament des artistes de la Chanson française avec un grand "C".

Le concert de l'Olympia a soigneusement été restauré à l'occasion des 25 ans de la disparition de Dalida. A l'exception de quelques chansons, dégustez l'intégralité du concert mythique de Dalida!

Dalida vit ses nouvelles chansons et envoûte son public. La sincérité est l'un des ingrédients qui a fait son succès et continue de le faire. Au moment de fermer les yeux, elle pense à Lucien Morisse, son ex-mari et mentor, qui s'est donné la mort en septembre 1970, ainsi qu'à sa maman Giuseppina, qui s'en est allée quelques semaines avant la première. Dalida le sait, ils sont tous deux dans le public à l'encourager.

La Phèdre Moderne de la Chanson.

La Phèdre Moderne de la Chanson.

Des milliers d'auditeurs ont suivi la performance sur les ondes d'Europe 1, qui transmet comme à son habitude les premières de la chanteuse. Les journalistes, bluffés, saluent la performance de la chanteuse. Le journaliste Jean Maccabies écrit : "La voilà qui marche comme un reine de théâtre, joue de ses bras comme une danseuse classique, sculpte l'air de ses longs doigts. Chaque geste est à sa place, chaque attitude est belle, évoquant les pythonisses inspirées de l'Antiquité. Plus près de nous, c'est à la Callas chantant Norma, drapée dans les voiles de la tragédie lyrique, que m'a fait penser l'autre soir Dalida".

Son neveu Luigi est pour beaucoup dans la guérison de la chanteuse. Les voici tendrement réunis sur la scène de l'Olympia.

Son neveu Luigi est pour beaucoup dans la guérison de la chanteuse. Les voici tendrement réunis sur la scène de l'Olympia.

Voici pour les collectionneurs quelques pièces de ma collection autour de ce concert à l'Olympia: l'une des affiches promotionnant la rentrée de Dalida, un journal distribué à l'Olympia remerciant Dalida de sa prestation, une revue du club revenant sur sa performance, ainsi que les éditions japonaise et française de l'enregistrement du concert sur 33 tours.

Concert de légende: Dalida à l'Olympia 1971

Commenter cet article

Angeline 28/02/2017 13:55

très beau blog sur les célébrités. un plaisir de venir ici.

Angelilie 16/02/2017 13:57

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte. au plaisir