Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Histoire d'une chanson: Laissez-moi danser (1979)

Publié le par Dylan V. Sansonnens

Surfant sur la vague disco, Dalida interprète en 1979 un de ses succès les plus emblématiques : "Monday Tuesday" ("Laissez-moi danser").

La chanson est composée par l'italien Toto Cutugno et adaptée en français par Pierre Delanoé, à qui l'on doit déjà les adaptations de "Ciao amore ciao", "Jésus Bambino" ou "Le Lambeth Walk" entre autres. Toto Cutugno a déjà sorti le morceau pour le public italien sous le titre "Voglio l'anima" sans remporter de grand succès. Orlando flaire cependant le potentiel de la chanson et bingo!

"Laissez-moi danser" s'empare de la seconde place du hit-parade durant l'été et devient rapidement disque d'Or et disque de Platine. En France, la chanson fait l'objet d'un single, d'un maxi et d'un album. La version maxi est destiné aux discothèques. La chanteuse enregistre également une version anglaise de la chanson, "Let me dance tonight", principalement pour le public allemand qui privilégie cette version à la française. A noter qu'une version espagnole existe aussi : "Dejame bailar".

La robe de Fresnay pour "Monday Tuesday".

La robe de Fresnay pour "Monday Tuesday".

La diffusion du hit disco bat alors son plein à la télévision. Chaque titre disco bénéficie désormais de sa chorégraphie et de ses danseurs, comme en témoignera le show qu'elle donnera au mois de janvier 1980 au Palais des Sports.

Et qui dit hit disco et chorégraphie endiablée signifie robe de diva! La tenue associée à Laissez-moi danser est une robe blanche garnie de plumes rouges-orangées et signée Michel Fresnay.

Dalida se hisse à la première place des hits-parades de l'été en faisant danser la France.

Dalida se hisse à la première place des hits-parades de l'été en faisant danser la France.

Et c'est dans cette robe scintillante de mille feux que Dalida présente "Monday Tuesday" au public suisse, à Lugano.

Musicalmente, télévision suisse italienne, 26 novembre 1980.

Commenter cet article